Les Guêpes commune et poliste

La guêpe commune - Vespula vulgaris

(Linnaeus 1758) - Hyménoptères, vespidés.

Espèce très commune, présente à tout les étages (collinéen, montagnard, subalpin, moins à l'étage alpin) du printemps à l'automne, et ce, dans toutes sortes de milieux (hors lieux humides). La guêpe commune a un corps élancé brun orné de motifs jaunes et une taille fine (taille de guêpe !), ses ailes sont repliées au repos le long de son corps. Elle se nourrit de viandes et de nectar de fruit, et construit son nid à base de fibres de bois. Attention son dard est une arme redoutable et redoutée !

Au printemps, la reine quitte son abri hivernal pour créer un nouveau nid en général dans la terre, où viendront les premiers pontes et oeufs grâce a la réserve de sperme devant l'hiver ; cette colonie va grandir juqu'à la fin de l'été ou tout va être chamboulé pour les nouvelles reines et mâles au détriment du couvain, faute de main-d'oeuvre, aprés cela, les nouvelles reines partiront pour trouver un nouvel abri hivernal.

La guêpe poliste - Polistes nimphus

(Christ 1791) - Hyménoptères, vespidés.

Nous voici donc avec deux sortes de guêpes : la guêpe commune, agressive ; et la guêpe poliste qui ne l'est pas. La guêpe poliste ne pique que lorsqu'elle est dérangée près de son nid. Son venin contient trois allergènes : une hyaluronidase, une phospholipase A2 et l'antigène 5 ; la piqûre provoque douleur, érythème et oedème (une feuille de plantain ou du citron pressé atténue la douleur).

Espèce commune des étages collinéen et montagnard, elle est présente du printemps à l'automne mais surtout en été, dans des milieux variés comme les parcs et jardins , les vergers, dans les chemins, les haies et talus, les friches, les forêts sèches d'adret, les forêts fraîches d'ubac, les lisières et clairières, les ripisylves, les éboulis et pierriers. Elle se reconnait par son abdomen effilé aux deux extrémités, sans pubescence, et à ses ailes jamais totalement repliées même au repos. Elle se nourrit de nectars, et ses larves de chenilles.

La colonie est constituée d'une cinquantaine d'ouvrières, d'une reine et quelques mâles. Son nid de "papier mâché", sans enveloppe, a peu d'alvéoles et est suspendu à une branche, dans un arbre creux ou dans une cavité de rocher.

le 19 juillet 2009

le 20 juillet 2009

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site